Avertir le modérateur

03 mai 2009

Ben Stiller, guerrier vu du ciel

17 avril 2009

Anticipation du floutage de pipe (2007)

BLIER-Bernard.jpgEn revoyant l'un de mes anciens dessins (Bernard BLIER), je réalise que j'avais involontairement anticipé le floutage de pipe qui vient de toucher l'image de Jacques TATI, à vélo, dans "Mon Oncle"...

Je suggère de flouter également la ville de Saint-Claude sur la carte de France.

Par contre, les 1000 produits chimiques ajoutés aux cigarettes pour augmenter la dépendance, personne ne songera jamais à flouter leurs effets. 70000 cassages de pipe en France chaque année, ça n'émeut pas tous les censeurs.

Pendant qu'on regarde la paille dans le bouche de Lucky Luke, on oublie la poutre où l'on balance les damnés de la clope.

Fumeux mais pas fameux, une société qui marche sur la tête...

14 avril 2009

"Contre Moi", film de Guillaume CANET, avec Jean DUJARDIN

kzerphii-contremoi copie.jpg"Contre moi", le dernier film de Guillaume CANET, avec Jean DUJARDIN et Florence FORESTI, est une comédie sentimentale inattendue, intelligente et saugrenue. Les comédiens sont excellents et le réalisateur confirme qu'il compte désormais parmi les plus grands, dans les genres les plus variés.

Nous ne dévoilerons pas le pitch mais l'histoire n'est pas banale, c'est le moins qu'on puisse dire.

Notons également la présence d'un Guillaume GALLIENNE étonnant (ce qui n'est paradoxalement pas étonnant compte tenu de son talent) et quelques apparitions d'un Lionel ABELANSKI, lunaire et émouvant.

Sortie le 31 avril 2009.

14 mars 2009

Le Bon, la Brute et le Naulleau

009-BonBruteTruand copie.jpgDans la plaine d'El Paso, régnaient de bon coeur la corruption et la violence. L'une et l'autre se rendant mille services, mille autojustifications.

Roy Bean n'était pas encore arrivé et la Justice laissait la place au talent du colt ou du mensonge.

Autour des desperados sans foi ni loi, un troupeau de brebis flagornaient à l'excès, baissaient la tête, copinaient, rusaient et bêlaient.

De temps en temps, un aventurier arrivait d'on ne sait où, pour devenir parfois justicier, armé non pas d'un revolver mais d'un simple Almanach Vermot, ou de l'intégrale épistolaire d'Eve Angeli.

Ces humoristes poussiéreux, tantôt polémistes, cynistes, goguenards, nonsensiques, pamphlétaires, bouffons (au sens noble du terme), ironistes, euphémisants, litotiens, pouvaient remettre de l'ordre dans les moeurs dépravées de ces villes posées au milieu de nulle part, entre les coyotes et les cactus.

On avait connu Andy Bourvil, l'humaniste qui jouait les candides, Ferdy Raynaud, celui qui prenait la défense des étrangers, Michael Coluche, le fort en gueule qui offrit à manger aux laissés pour compte et qui fit peur au Shérif lorsqu'il faillit être maire, Teddy Le Luronet ses estocades enrobées, "The Guy" Bedos, celui qui souriait devant la bassesse de ses concitoyens en pratiquant la maïeutique spirituelle, Peter Desproges, sorte de Billy le Kid cultivé, celui qui faisait mal sans doute parcequ'il souffrait de la petitesse de ses contemporains...

Il y en eu plusieurs. Il n'y en eu pas assez.

Il y eut aussi quelques bandes plus ou moins féroces, The Fonte And Val, The Nuls, The Inconnus, The Elie And Dieudonné... puis les justiciers finirent par laisser place à des vagabonds doués mais sans mission.

Les temps avaient changé.

On avait certes vu l'imposant Guilmore Carlier, celui qui tirait tous azimuts, au risque de blesser des innocents et de rater quelques ordures. Il avait du mérite malgré tout. Tout comme le frisé Steph Guillon, un homme cruel, désagréable, cogneur en série, mais avec un dessein plutôt sincère. Ou même la tardive mais bienvenue Calamity Jane Roumanoff.

Enfin, il y avait un petit malin, le fameux Clint Ruquier, dit "le Bon", celui qui avait fait ses armes auprès de Jack Martin(l'ami de la Paimpolaise et de John Yanne), et de Lawrence Gerra, tireur fou surnommé "le Caméléon".

Clint Ruquier savait bien tirer mais il préférait s'entourer de professionnels aguerris, violents et bagarreurs. Il avait un temps embauché une bande, dont la Mexicaine Chris Bravo, mais il oeuvrait surtout la nuit (un peu plus tôt depuis que le Marshall Carolis avait dû supprimer le pub), en compagnie d'un duo de Tireurs patentés. Michael Polac avait au départ servi de bodyguard, fin connaisseur de la gachette (on se souvient encore du carnage de Law of Response, avec Prof Choron). Puis Clint conserva auprès de lui Elie Naulleau, dit le Truand, un ruffian de première, l'as de l'arnaque, celui qui dégommait après avoir endormi l'adversaire d'un sourire bonhomme. Il conserva aussi le terrible Lee Van Zemmour, une brute sans pitié qui ne ratait jamais sa cible, mais qui bavurait parfois, notamment dans ses diatribes contre les Indiens ou contre les Squaws.

Face à ces trois hommes, aucune crapule ne pouvait jurer qu'elle allait s'en sortir vivante. Il y avait certes des balles perdues mais personne n'était obligé de croiser la route de ces trois terreurs verbales.

Ce trio rassurait les bonnes gens.

Mais il aurait fallu que les bonnes gens aient aussi parfois l'esprit acide et contrariant.

Et ne pas laisser les coyotes envahir la plaine.

-----------------------

Affiche: Parodie du film de Sergio Leone: Le Bon, la Brute et le Truand.

18 avril 2008

Le monde des truands, vu par Monsieur ZARDI

cb6b0d86e5ed3766814243e616cc90cb.jpgDu cinéma à la réalité ; une histoire d’homme !
Dominique Zardi célébrissime second couteau dans nos plus grands films français de gangsters et écrivain reconnu pour sa plume alerte, directe et libre, nous offre ici un superbe document sur le monde des truands, de Bonnie and Clyde à Mesrine ou Spaggiari en passant par le gang des postiches ou la bande à Bonnot pour un tableau magnifique
d’une société bien particulière souvent associée au mythique quartier de Belleville.

Dominique Zardi est un témoin privilégié de notre histoire récente et de ce petit monde de laissés pour compte ;
il les a connus et il a vécu dans les mêmes endroits qu’eux. Aussi, il nous raconte avec émotion et humour ces parcours d’hommes partis de rien, ostracisés dès l’enfance, en révolte permanente et cherchant à émerger du néant à tout prix, en émaillant son récit d’anecdotes en tous genre pour le plus grand plaisir du lecteur.
Mais en tout simplicité par la réalité de son témoignage, alors que nous célébrons aujourd’hui les évènements de Mai 68, l’auteur nous livre à travers les vies de ces personnages hors normes, qui nous fascinent ou nous effraient, une réflexion nourrie sur le sens de la liberté d’autant plus intéressante qu’elle nous renvoie à l’absurdité de certaines de nos règles trop compassées.
Aujourd’hui, il y a « les quartiers », hier il y avait « Belleville »…
Le cinéma français est riche de toutes ces « grandes gueules » qui ont interprété nos mythiques truands mais au-delà du plaisir cinéphile, il y a des vies d’hommes et des aventures incroyables…
Un livre passionnant, à dévorer avec le même plaisir que ces films que nous avons tant aimés. Dominique Zardi a troqué le flingue pour la plume… La cible est atteinte !
Parution le 21 Avril 2008
« Le Monde des Truands »
par Dominique Zardi
http://www.tatamis.fr
-----
Le texte susvisé est la note de l'éditeur mais elle donne un portrait de Dominique ZARDI, empreint d'une exactitude qui n'impose aucune fioriture... (NDLR)
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu